Vous aime ça Personne Personnes

Alagoas - Bleu immense

Petites villes colorées gardées par de solides églises qui poussent entre les palmiers et les arbres tropicaux. Des cordons littoraux de sable blanc formant des bassins d'eau chaude et transparente. S'endormir et se réveiller au son de la mer.
Capitale du bonheur


Lorsque l'avion atterrit, on croirait lire « Uma Aprendizagem » ou « O Livro dos Prazeres », de Clarice Lispector : « La mer était là, la plus incompréhensible des existences non humaines. » Elle est du bleu le plus profond de la région du Nordeste, c'est pourquoi le petit État d'Alagoas est souvent comparé aux Caraïbes. Le nom vient des nombreux lagons, rivières et mer immense, tandis que la capitale, Maceió, bénéficie d'un long littoral. La température moyenne oscille autour de 25 degrés, tempérée par la brise marine et les eaux chaudes et cristallines.


C'était autrefois le pays des Indiens Caetés, témoins de l'arrivée des expéditions portugaises. Le pernambouc, qui a donné son nom au pays, était une des principales sources du commerce du bois. La première occupation eut lieu dans le village de Penedo, en 1545, sur les rives de la rivière São Francisco. Ce village appartenait alors à la capitainerie (administration territoriale) de Pernambouc. Alagoas finit par s'en séparer en 1817, devenant un centre stratégique pour la production de canne à sucre et un important port commercial pendant le règne du roi João VI. Son premier gouverneur, Sebastião de Mello e Póvoas, débarqua au port de Jaraguá, où subsistent d'intéressantes places et d'anciens postes d'inspection et entrepôts, offrant un certain romantisme de fin de siècle.


L'église Nossa Senhora Mãe do Povo donne sur la Praça Dois Leões (l'une des statues représente un tigre), bordée de maisons palatiales, comme le Musée de l'image et du son et le Palácio do Comércio néoclassique voisin, qui était autrefois le centre judiciaire et politique de la ville. Derrière eux, une copie de la Statue de la Liberté américaine regarde vers la mer. Au centre, il y a le Monument à la République et le Musée du palais Floriano Peixoto sur la Praça dos Martírios. La collection de ce musée présente le folklore et la culture d'Alagoas, tandis que la côte fournit la toile de fond pour des vacances d'été, que ce soit dans la chic Ponta Verde, la populaire Jatiúca, les événements sportifs de Pajuçara, où vous pouvez découvrir des piscines naturelles, ou profiter de la Praia do Amor isolée. En route, nous nous arrêtons devant les étals de tapioca : « Si vous ne l'avez pas essayé, ça signifie que vous n'êtes pas venu ici ! », nous déclare notre sympathique hôte, Thiago Tarelli, qui porte un t-shirt annonçant : « Alagoas vous rend heureux ».
Paysage de carte postale


Construit sur un banc de sable entre Praia do Pontal et Lagoa de Mundaú, le quartier le plus au sud, Pontal da Barra, est l'un des plus sympathiques endroits pour déguster un bon bouillon sururu et admirer le coucher du soleil. Ses ruelles étroites abritent des restaurants et des magasins vendant les meilleurs produits artisanaux d'Alagoas, et presque tous donnent sur l'eau. Habité par des pêcheurs et des artisans, il est célèbre pour ses broderies et dentelles colorées (inspirées des filets de pêche), qui deviennent des serviettes, des oreillers et des robes. « Les hommes vont à la pêche et les femmes font de la dentelle », dit Deusa, qui fait de la dentelle depuis l'âge de cinq ans, qu'elle a appris de sa mère, qui elle-même l'a appris de sa propre mère : « Les dessins et les couleurs sont dans nos têtes ».


Un peu plus au sud se trouve la première capitale de l'Alagoas, l'ancienne Vila de Santa Maria Madalena da Alagoa do Sul, nichée sur une colline surplombant la mer et fondée à l'origine en 1591. De nos jours, elle s'appelle Marechal Deodoro et est un site du patrimoine national. C'était le lieu de naissance du soldat monarchiste qui mena le coup d'état militaire qui déposa l'empereur portugais, le roi Pedro II et conduisit à la proclamation de la République en 1889. Ne manquez pas de visiter sa maison familiale du 17e siècle, tout comme les différentes églises, en particulier l'église Nossa Senhora da Conceição et le couvent franciscain. Ce dernier est exceptionnellement dédié à Marie-Madeleine et abrite le Musée d'art sacré, installé dans un ancien couvent dont les salles d'exposition étaient autrefois les cellules des moines, et qui offrent une vue sur les vieux toits descendant vers la mer. La ville a peut-être perdu son statut au profit de Maceió en 1839, cependant, elle conserve un charme caché et persistant, rappelant un village portugais revêtu de blanc, avec ses maisons basses, ses couleurs tropicales, ses palmiers et ses pernamboucs. Descendez vers la paisible baie de Lagoa Manguaba pour vous rafraîchir et admirer la vue.
Des eaux silencieuses


À une demi-heure de route vers le sud, nous arrivons à Barra de São Miguel, une zone de pêche et de construction de bateaux, qui propose diverses formes de tourisme, des plus animées aux plus détendues et élitistes. Ses eaux rejoignent celles de la rivière Niquim et sont très appréciées le week-end. La plage la plus fréquentée est Praia do Francês, qui prétend modestement être la plus belle du pays, et l'ensemble de boutiques, de pousadas et de terrasses de cafés en fait un endroit très animé. Ce qu'il y a de mieux ici, ce sont les kilomètres de sable vierge.


Nous descendons silencieusement la lagune, dans l'une des rares réserves forestières atlantiques de l'Alagoas, pour visiter le parc à huîtres. Soutenu par une petite communauté de pêcheurs, c'est l'un des meilleurs producteurs du pays.


Sebastiana, plus connue sous le nom de Bastinha, coordonne ces visites organisées par l'éco-hôtel de Kenoa. Elle enduit nos bras et nos jambes d'une huile florale pour éloigner les moustiques du soir, avant d'aider des hommes du village à repousser les pirogues qui nous emmènent dans la lagune, qui était autrefois l'ancien trajet d'évangélisation. Elle nous explique qu'il existe sept types de crustacés, dont divers crabes jaunes et rouges qui vivent parmi les longues racines boueuses des mangroves. « Nous vivons dans ce silence. Vous n'entendez rien, sauf un oiseau de temps en temps », dit-elle. Seuls un rare gazouillis et les craquements de la forêt nous réveillent dans cette paix si profonde. Des hérons blancs et des oiseaux de proie descendent soudain en piqué près de l'eau. Au crépuscule, nous dégustons des huîtres dans les petites barques, servies avec du sel, du citron et de la mélasse de miel, arrosées d'un verre de mousseux. On peut aussi faire des promenades en bateau à moteur depuis la marina : une autre expérience à Barra de São Miguel. Vous pouvez visiter Praia do Gunga pour faire de la plongée et de la randonnée aquatique, ou simplement naviguer tranquillement au fil de l'eau pendant que la nuit tombe.
Terre de liberté


La journée vient à peine de commencer et nous admirons la statue de Ganga Zumba, qui regarde la mer à Cruz das Almas à Maceió : « Chaque personne de couleur noir qui a fui l'esclavage voulait retourner sur leur terre », explique notre guide Rafael. Ganga Zumba a été le premier des grands chefs du grand Quilombo dos Palmares (XVIIe siècle), à Serra da Barriga, symbole de la résistance des esclaves qui s'est envolé des plantations de canne à sucre de Pernambuco (dont Alagoas appartenait à l'époque) et Bahia. Nous nous dirigeons vers l'intérieur, traversant des collines verdoyantes, avec du bétail parsemé sur le paysage comme des fleurs blanches.


En plus de l'agriculture et de l'élevage, de l'industrie chimique, du ciment, du pétrole et du gaz naturel, c'est une zone de moulins à canne à sucre depuis le 17e siècle ; on rencontre des camions qui laissent derrière eux un sillage sucré et alcoolisé. Plus nous nous rapprochons de Palmares, plus nous voyons de randonneurs sur le bord de la route. C'est la Journée de la sensibilisation aux Noirs et tout le monde se dirige vers la ville.


Ganga Zumba était le fils de la princesse Aqualtune, sœur du roi du Kongo, aujourd'hui Angola, qui est arrivé au Brésil pour être vendu comme esclave reproducteur comme punition pour avoir mené la bataille de Mbwila contre les Portugais. Plus tard, « elle conduira les esclaves fuyant vers Palmares, qu'elle organise politiquement », explique Gil, qui nous guide à travers le Parc mémorial Quilombo dos Palmares, une réplique des mocambos africains, un site du patrimoine culturel ouvert en 2007. « C'est aussi une histoire de la force des femmes. » Zumba a résisté et a négocié un traité de paix avec les Portugais en 1678, mais Zumbi, le chef le plus célèbre des Palmares, n'a pas accepté l'accord. « Zumbi est né ici mais a été capturé en tant qu'enfant et donné en cadeau à un prêtre, qui sera plus tard baptisé Francisco. Un jour, il s'est enfui ici. Élevé par Zumba, il a lancé la plus grande résistance d'esclaves de tous les temps. "Il s'est peint et s'est habillé comme un guerrier africain et ses partisans ont fait de même, donc personne ne savait qui il était. Le 22 novembre, 1680, date d'aujourd'hui, il a été capturé. Ainsi, nous voyons des centaines de personnes, dont beaucoup vêtues de blanc, qui le célèbrent. Il y a des danses traditionnelles africaines et de la capoeira, et les gens vendent des thés et des bibelots, de la nourriture et des boissons tout au long de la journée. À Lagoa dos Negros, nous joignons nos mains et formons un cercle, sous le grand arbre gameleira, où les guerriers ont demandé des bénédictions et de la force. Le silence est magique. « Avez-vous remarqué cette légère brise ? », Sourit Gil. « Le sang des rois et reines africains coule dans nos veines.
Miracles de la nature


La Route écologique de Milagres couvre trois municipalités, 23 kilomètres de Porto das Pedras, suivie de São Miguel dos Milagres jusqu'à Barra de Camaragibe, dans le sud de l'état. Faire traverser la barge à São Miguel est un voyage au ralenti vers un endroit très apprécié. Nous passons des magasins vendant des produits d'artisanat local de qualité. Nous nous dirigeons vers le belvédère pour nous imprégner de ces terres bordées de palmiers et de la mer. En-dessous, nous voyons la simple église Nossa Senhora Mãe do Povo, où tout le monde est le bienvenu, même les chiens qui font la sieste en plein air. Angélica s'occupe de l'église et nous dit que ce sont les Portugais qui l'ont construite entre 1637 et 1639, « c'est la troisième plus ancienne de l'état », nous montrant une image bien-aimée de Nossa Senhora do Carmo, qui remonte à l'époque où elle a été fondée.


A deux pas se trouve la fontaine des miracles, où les gens font la queue avec des dames-jeannes. Senhor Benedito vient chercher de l'eau pour que sa famille la boive et cuisine. « C'est mieux que l'eau minérale ». Et fait-elle des miracles ? « C'est une question de foi ».


Cela vaut la peine de faire un tour en buggy vers les plages protégées, telles que Toque, Lage, Patacho et Marceneiro. Sur Lage, il y a un tunnel vert, où nous sommes accueillis par des familles de petits singes sajou. Aujourd'hui, c'est une réserve naturelle avec de charmants gîtes en bord de mer, un héliport, un terrain de golf et la fête du Nouvel An la plus populaire et la plus chère d'Alagoas. Les pêcheurs de Porto de Pedras dirigent l'Association des lamantins, un sanctuaire sur la rivière Tatuamunha où vivent ces mammifères. Selon notre guide, ils sont en danger « à cause de l'homme, et parce que la reproduction est difficile (la femelle est la patronne) ». On pense qu'il n'en existe que 500 et il y en a environ 45 ici. L'association les élève et les relâche dans la nature lorsqu'ils atteignent 200 kilos. Nous sommes allés les observer sur un radeau et en avons vu quatre, une nageait à côté de nous : « C'est Telinha, elle est juste venue vérifier.

Paradis terrestre



« Cette mer s'exhibe depuis une semaine maintenant », entend-on à l'aube à Maragogi, contemplant tant de turquoises cristallines et de palmiers qui se balancent avec la brise du matin. Les plages sont séparées par des rivières et des ruisseaux et nous les découvrirons en bateau à moteur via le Pontal de Maragogi. Le nom du village vient de la rivière voisine, Maragui, nom Tupi donné par les Indiens Potiguara, « la rivière des moustiques ou des moucherons », prononcé « Maragogi » par les Portugais.


Alagoas possède le deuxième plus grand récif de corail du monde, qui adoucit les vagues sur la plage. Cette zone protégée, qui couvre 430,000 hectares et 120 kilomètres de côtes et de mangroves, abrite un large éventail de biodiversité. Les mots ne décrivent pas une telle beauté. On dit qu'environ 1 500 personnes viennent ici chaque jour, ce qui peut doubler en haute saison, mais il y a des règles. Il y a des plages pour les groupes, avec des espaces de loisirs et de détente, d'autres pour les sports nautiques. Les piscines naturelles qui se forment parmi les coraux sont « fermées » lorsque la marée a atteint un certain niveau, « pour que la nature se rétablisse », explique Filipe, notre barreur. Les plus grandes sont Magarogi et Japaratinga, mais toutes les plages sont incroyables : Burgalhau, Barra Grande, Antunes, Xaréu, Camacho, Dourado. Ou le calme Peroba, le dernier avant Pernambuco. Nous nageons jusqu'aux récifs et sommes ensuite entourés d'un banc de poissons jaunes rayés, appelés poissons sergent major. Lorsque la marée est très basse, le banc de sable forme un chemin vers la mer. « Ce n'est pas de l'eau avec du sucre qui nous apaise, mais de l'eau avec du sel », dit Filipe. « Ici, la nature est cheffe. » À Maragogi, la mer et le ciel se fondent dans des nuances chatoyantes de bleu ; l'horizon est une ligne diffuse et toujours présente. Nous sommes plus grands et plus petits. Lorsque nous arrivons sur la côte, nous buvons de l'eau de coco fraîche et mangeons du homard, des crevettes et de l'ananas grillé au romarin à la Pousada Antonina. Ça a le goût de la vie. « Alagoas n'est pas beau, débauche Alagoas », plaisante Thiago. Et on se souvient d'un vers de Carlos Drummond d'Andrade : « Le monde est grand et tient dans cette fenêtre qui donne sur la mer.

par Patrícia Barnabé

(Voir l'article dans UP Magazine, édition de janvier 2020)

Art sacré


L'un des points forts du Musée d'Art Sacré, qui conserve des œuvres des XVIIème et XVIIIème siècles, est l'autel baroque primitif élaboré. L'image rare du Christ janséniste crucifié (appartenant à l'école de l'évêque français condamné pour avoir nié le principe du salut), et la perspective « illusionniste » de Santa Clara d'Assis peinte par José Eloy en 1817 sur plafond de l'entrée.


Indiens cannibales



Jusqu'au XVIème siècle, les principaux villages des Amérindiens Caetés se trouvaient à Barra de São Miguel. On dit qu'ils ont été décimés par la couronne portugaise pour être des cannibales et avoir mangé les survivants d'un naufrage, en 1556, lors d'un voyage avec l'évêque Dom Pêro Fernandes Sardinha.


Quilombo est...


Une organisation sociale complexe d'Amérindiens et d'esclaves fugitifs, ainsi que de hors-la-loi portugais, dont l'objectif principal commun était la liberté. Les quilombolas négociaient avec les propriétaires de plantations pour échanger des provisions telles que de la farine de maïs ou de manioc contre des armes. "Il y a 64 quilombos, mais celui-ci est le plus grand et le plus célèbre d'Amérique latine. Il fait 200 kilomètres carrés et comptait 20 000 habitants », explique Gil.


Plus de gâteaux !


Les Sequilhos sont les très célèbres "bolos de goma", confectionnés depuis 37 ans par Marlene, qui nous livre les secrets pendant que quatre femmes roulent à la main et à la perfection des petits rouleaux de pâte, la porte ouverte sur le coucher du soleil : « Il n'y a que du lait de coco, de la margarine, du sucre, du sel et du jaune d'œuf, l'amidon c'est l'amidon de maïs ».


Secret


Demandez aux pêcheurs qui vous guident en radeau de vous indiquer les meilleurs spots de surf au-delà des récifs. Cruz da Almas, Praia do Francês et Jatiúca sont très réputées. Vous pouvez faire de la planche à voile et du kitesurf, du stand-up paddle et du kayak partout. Le soir, partez pêcher du demi-bec avec eux.


Cher Saint Antoine


L'église Nossa Senhora da Guia est le résultat d'un serment tenu par des navigateurs portugais à la dérive, qui se sont jurés de la bâtir s'ils atteignaient le continent. D'abord consacrée au culte de Saint Benoit, elle est ensuite devenue un lieu de culte pour Saint Antoine, le saint patron de Maragogi.


Remerciements


UP tient à remercier Secretaria de Desenvolvimento Económico e Turismo de Alagoas (le secrétariat du développement économique et touristique d'Alagoas) pour son soutien, notamment Thiago Tarelli, ainsi que tous les partenaires, Costa Azul Turismo, Luck Receptivo, Pontal de Maragogi et Lopana Beach Club.

Trouvez l’inspiration grâce à nos suggestions

Découvrez nos destinations

Maceió belem brazil
Brésil Maceió
Plage Culture Gastronomie